Festival Armen 2013 : quand ça veut pas, ça veut pas.

Ce week-end à Saint Tropez, Festival Armen : une soixantaine de bateaux (HN + IRC), quelques petits noeuds de vent, un grand soleil… Conditions far-paites. Un gentil comité de course, une gentille secrétaire, un gentil jury, tout s’annonçait vraiment au top. (surtout que Charly alias « ma pintade » m’accompagnait pour un petit tour sur l’eau gratuit, avec la GoPro, pour prendre des couleurs et voir comment travaille sa « zouze ».)

535856_129758787196114_602468582_n-1

Tout ça, c’était avant le drame, bien entendu. Nous avons décidé d’essayer le caisson étanche du Nikon. Au début, ça fonctionne. Seulement après, ça chauffe. Et quand ça chauffe, à l’intérieur, c’est Beyrouth : plus d’image, plus de reconnaissance des cartes SD, une batterie à plat direct, et surtout PAS DE MISE AU POINT. Quand on fait de la vidéo, c’est pas comme si c’était important …

Capture d’écran 2013-02-19 à 10.10.31.png

Je décide d’enlever le biniou du caisson étanche, je récupère un Nikon version « Mars fondu », je lui fait prendre l’air, et bien sûr à ce moment précis (ou presque), la GoPro plante. 1 fois. 2 fois. 3 fois…. C’est ma journée, dis donc.

On réussit tant bien que mal à prendre le départ de l’unique manche du Samedi, on suit les yachts au près, on les attend à la bouée de près, pas de dog-leg certes, mais des envois de spi… et on redescend avec eux. Prise de décision faite : on s’arrête là pour aujourd’hui (et on a bien fait, pas eu de deuxième manche).

Après un dérush immédiat, on s’aperçoit que c’est bien flou quand même, hein! Ma pintade voulant bien travailler avait tenter des rushs GoPro de folie, avec … bah pas trop de résultats à l’écran, pauvre de lui …

Capture d’écran 2013-02-19 à 10.14.58.png

Le lendemain, mêmes conditions, et les loulous partaient sur un côtier. Non, sans matériel, c’est impossible, je n’y vais pas. Descendus au port, les bateaux sont immobiles, c’est la grosse molle. Retentons le coup avec le Nikon : « objectif défectueux, contactez votre SAV ». Bon, ça, c’est fait. Le départ du côtier avait lieu à la Tour de la corniche. Nous y allons, juste en face de la start line (le vent était monté à 8/10nds à exactement 11h30) et là, le photographe de la course me tend un autre Nikon, plus vieux certes, mais qui me permettra de prendre un start à la vidéo. Ouf, merci. Les bateaux partent, la caméra tremble à chaque coup de canon, enfin tout se passe bien. Côté GoPro, on a privilégié un Timelap à 5 secondes. Une bonne idée masculine.

DCIM100GOPRO

La remise des prix termine avec le coup de grâce … le Nikon se remet à marcher, j’y crois, et puis non, il s’arrête. Du coup, Charly prend le relais à la GoPro et HEUREUSEMENT, tout se suit.

Enfin … quand y’a personne devant.

DCIM100GOPRO

Le montage est quand même prêt, donc tout va bien. Mais le Nikon passe en SAV, et nous partons sur l’achat d’un autre appareil, c’est obligatoire. Vu le traitement du Nikon en 2012, on peut comprendre qu’il se soit un peu fatigué. Mais la GoPro qui plante, alors là, jamais vu. Bref, les vacances arrivent, nouvel investissement pour préparer la saison qui arrive à très grands pas maintenant.

Prochaine étape : et bien … point d’interrogation. Si on se réfère à 2012, on se dit « RDV à Port Camargue ». Sinon, direction la Massilia IRC CUP côté Organisation, 1er contrat de l’année (et pas le dernier).

Des bises

Mado

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s