Archives Mensuelles: juillet 2013

Francia, Corsica, Italia : La Giraglia.

Nous y sommes. La dernière.

La dernière avant l’été indien.

Vision du futur:  le Tour de Corse à la Voile en Octobre.

D’abord, allons passer la Giraglia.

Giraglia
                                  

Arrivés vers minuit la veille du grand départ, debout aux aurores pour préparer le bateau. Le jouet, ce coup-ci : un MAT 10.10, « MATAF », drivé par Sir Jean-Yves Legall, propriétaire.

Pendant que l’équipage encore aux yeux collés range, mange, checke et commande ses oeufs brouillés, il faut trier/ranger/préparer le matériel vidéo.
Et nous sommes à Port-Grimaud.. seuls contre tous, les autres ayant opté pour le port aux mille tentations.

Bien heureusement, lunettes / jumelles / radar / AIS en place, chaque bateau est retrouvé pour la distribution des caméras. On retiendra la manoeuvre scabreuse devant le port avec le First 47.7 (Tac Tic), également avec Prime Time et Marc Alpérovitch affolé à l’idée d’entamer une manoeuvre avant le start, ou encore le pit-stop express au ponton, à couple de Mauresque, pour donner à Glen Ellen Veintidos (Soto 40), Team Vision Future (GP 42) ou encore GenApi (GP42) les Midland de l’UNCL.

Les caméras sont chargées, les chargeurs 12 volts sont même fourni : « on n’est pas mal ».       

1001333_611762565514827_2051032470_n

La suite ? 245 miles. Avec du près, du spi, symétrique ou assymétrique, de l’A1 tangonné, du A3 rempli à raz bord. Un départ, une arrivée, une baleine (non, pas moi), des dauphins, du soleil, de l’orage, du tonnerre, enfin une belle Giraglia.

7303_612169978807419_1204353172_n

Le job ?

Tirer sur les bouts, mission majeure, et Média.

Gwen Riou à la barre au start, bibi au génois, les sunshine’s gentlemen au rappel, Charly à la Grande. Notre propriétaire, hors quart, a tout de même barré un long moment vers le dernier tiers de la course. Et cuisinait tout à fait correctement.

Les impressions ?

L’offshore, c’est quand même pas mal.

Mais c’est plus d’mon âge.

L’arrivée à Gênes fut rapide, peu de monde au final de vu, une chaleur étouffante, mais heureusement, pizzas/pâtes et bières diverses ont enjolivé ce retour à terre.

Les « Adieux aux Armes » de Prime Time furent horriblement douloureux. Pire qu’un abandon de famille. L’IRC Méditerranée se voit désormais orpheline. Nos pères spirituels sont rentrés dans leur contrée brumeuse, humide, radine, à l’alcoolique sévère. Ils ont préféré quitter le pays sans marée, au Marseillais énervé en bagnole, pays du Mistral, de la cagole, pays du club nautique Marseillais, quel qu’il soit, le plus chaleureux qu’on puisse trouver. Vous nous manquerez, les Trinitains / Parisiens.

La saison est désormais en « pause » dans le Sud, il va falloir attendre le mois de Septembre pour régater en IRC côté Championnat.

C’est toujours un plaisir de te filmer, toi, public.

Publicités