Archives Mensuelles: juin 2014

Le Crouesty, ça vous réussi.

Dernière ligne droite de cette saison 2014 ultra-remplie : Grand Prix du Crouesty, du 7 au 9 Juin, Normandy Sailing Week dans la foulée ou presque. Encore et toujours du TGV avec ses avantages et surtout ses inconvénients, n’est-ce pas.

sncf-raisons-greve-1

  • Tout a commencé par un aller jusqu’à Nantes annulé le jour même par nos agréables fonctionnaires, mémère ayant acheté le billet évidemment ; affaire cloturée en prenant le train suivant passant par la capitale, (je n’ai que ça à foutre de passer par Paris chargée comme une mulle, hein..).

Bref : arrivée à Nantes, récupérée par Zaza la Zézette (qui n’est autre que le fils de notre Sbire national) après avoir traversé la France.

Branle bas de combat le lendemain matin, ayant eu le plaisir de savoir que toute l’équipe de « félix » était également dans cet hôtel. Jolie surprise, évidemment.

Température estivale, il fait chaud-cacao. Les rayons du soleil se voient forts, ça commence à cramer. Tout a fait sérieusement. Un temps de Méditerranée, voire même mieux. Au moins, on respire, là.

10325680_1461161444123943_7594739671989699170_n

 

Prévisions météos arrivent : ça va être plus que light. Sortez les maillots de bain, les wake-board, les parasols, la crème à bronzer..

Nous entamons le week-end de courses de bateaux à voile dans 10 nds de vent, superbe pour naviguer cordialement dans la baie. Bananes 3 tours, avec encore une fois un semi-rigide de petit calibre pour les prises de vue. qu’importe : on fait avec.

Environ 18 IRC sont présents, les IRC 1 et 2 regroupés, comme les 3 et 4.

En tête d’affiche, comme annoncés précédemment : le bon « Codiam », « Eleuthera » en personne, « Goa » de mon bon ami Samuel, « Saga » le majestueux.

Pour les plus petits : « Matamouf of Recoucou », « Brittany Drizzle », les habitués du plan d’eau local.

Saga1

Ce n’est autre que le président du YCCA en personne qui me sert de pilote, à savoir François Berteloo. A regret, il évoque lors d’une interview le manque d’IRC pour cette édition 2014. Mais les forces présentes valent le coup, et surtout, trois de ces bateaux font partie de l’Equipe de France sur la prochaine Commodore’s Cup, en Juillet prochain. Plateau réduit, mais plateau de grande qualité.

félix1

« Saga » n’ayant pas compris que les bananes annoncées étaient en 3 tours et non 2, mais ayant quand même fait une superbe journée (avec un vent mollissant sévèrement après la 1ère course), il fini DNF – 1 – 1, ce qui lui assure de bien se placer sur le classement final (gardez en tête que le vent ne faisait que se casser la tronche durant tout le week-end).

« Codiam », derrière « Saga », réalise une belle première journée également, Nicolas Loday et l’équipe trinitaine en grande forme. Plus loin, « Eleuthera » et notre bon « Goa », orné pour le coup de Tanguy Caradec, (Gunter pour les intimes), le responsable communication de l’UNCL, presque mon boss en fait, et Marc de Saint Denis, ancien président de la Haute Autorité. Un bon cru pour ce Crouesty.

Au retour ponton, direction une petite bière, accompagnée de brésiliennes en tenue de gala dansant sur la scène. Ah, enfin de l’action !

Restaurant délicieux dans la foulée, 2 bières au Marcelin (le dancing local) et au dodo.

  • Dimanche matin, réveil douloureux. Les tempes font mal, les yeux sont collés, le maquillage de la veille montrent ses derniers instants. C’est pas ce matin qu’on ira faire un défilé de mode, hein.

Une seule manche de lancée pour cette journée, toujours sous un soleil de plomb. « Jeune Custom », équipier pour la course sur « Goa », se met au soleil, ventre / dos / jambes : un ancien billet montrait mes prouesses de Barbecue, disons qu’à côté de ceux là, c’était croque vacances.

Chacun fait ses rigolades de son côté, mer / lac, ça sent pas bon pour le reste de la journée.

Et évidemment, ce qui devait arriver arriva, retour ponton, route pêche sardine, Aperçu sur A.

En festivités à terre : les huitres – pain beurre, très sympathiques.

Voilà voilà.

  • Le lendemain : re-belote. No wind.. BAH VOILA. Que rajouter de plus.

Remise des prix, et retour maison en Bretonnie, Carantec, terminus tout le monde descend.

10460458_1463083820598372_8209360138745942098_n

A très très vite, public d’ici ou d’ailleurs : le futur billet sera rapidement mis à disposition.

Des bises

M.

 

Publicités

Pork’n’roll, où la fête est plus folle.

Pour certains, Porquerolles est LE moment de l’année où les régates de bateaux à voile valent autant que la Mojito Cup à l’Escale. C’est pas faux. Encore plus s’il y a Toulon/Castres au Rugby’mse.

les-joueurs-de-toulon-brandissent-le-bouclier-de-brennus-apres-leur-victoire-en-finale-du-top-14-contre-castres-le-31-mai-2014-au-stade-de-france_4910889

Son climat insulaire, ses chaleurs estivales, ses premiers vrais coups de soleil qui bombardent et entament déjà très cordialement le capital ..

Aaah, les vacances ..

Et NON ! JE DIS NON ! NEIN !

Pas de vacances pendant le Championnat ! Non mais alors ! Hein !

Pour preuve : il suffit de voir Tchin-Tchin gagner en IRC 3 à cette course pour clairement déjà remporter le Championnat Méditerranée Equipages IRC-UNCL 2014 dans sa classe. (mais qu’est-ce qu’il est long ce nom alors … z’auraient pas pu faire plus simple, là haut?)

Pourquoi ? Qui ? Comment ?

Entamons ce billet explicatif en essayant de le faire classe par classe. Ou groupe par groupe. Puis zut, hein, on se comprend.

  • Débutons avec les IRC 1. GenApistes et Visionneurs du Futur jouent au chasseur et au lièvre, pour ne pas dire « Comme d’Habitude » comme Claude François. Sauf qu’il y a deux nouveaux copains dans la boucle, notre beau Dralion, Ker 53 tout de gris vêtu, et l’imposant Arobas mené par Christophe Bouvet, avec notamment Benjamin Schwartz et Raphael Guye à bord. (notamment … pour ceux qui les connaissent quoi.)

IRC 1

Alors que la course se passe : une protest de trop. GenApi proteste contre Vision Future pour un engagement à la bouée au vent, et un refus de Tribord par dessus le marché. Yannick tire le meilleur parti, Mika part la queue entre les pattes : c’est foutu.

Bon. Bonne ambiance.

Le lendemain, calcul de points faits par bibi au PC Course avec les résultats tout juste sortis de l’imprimante de Nicole, c’est au galop pleine balle que je rejoins Pierrot, le numéro 1 de tous les temps, pour lui annoncer la triste vérité : Dralion gagne, la pelle à feu fait 2. Déception pour l’équipage, pour Jean-Jacques, pour Mika, pour tout le monde.

Dralion

Un petit « merci » au GP 42 noir, rien de plus, rien de moins.

  • Les IRC 2, quant à eux … En tête d’affiche, François Pailloux avec son ex-Bella Donna, évidemment (et leur très bon équipage, dont Marine, ma bonne copine, oui ça rime).. LE FAMOUS Glen Ellen V avec à son bord notre toute gentille Coraline, qui elle aussi est ma copine, et oui ça rime, la très notable Nadège Douroux, le très drôle Adrien de Belloy, l’incroyable Dimitri .. Un équipage de qualité, vous l’aurez compris.

Glen Ellen

N’oublions pas le plus beau XP 44 du plan d’eau, « Alizée », skippé par le charmant Laurent Camprubi, aiguillé par notre bon Richie Sautieux. A noter : clin d’oeil à Pierre-Laurent Camprubi, « le fils », ayant effectué une superbe figure de style acrobatique à l’avant du yacht à un affalage de spinnaker, bouée sous le vent du parcours cocotier du 3ème jour.

Frayeur pour certains, jubilations pour le photographe et moi-même (j’avoue avoir demandé à notre pilote de foncer pour le récupérer à l’eau), mais ce jeune homme fort et en bonne santé s’en était sorti tout seul. A regarder dans la vidéo ci-dessous par la suite. Repérez bien, c’est le grand spinnaker rouge.

Pierre Lau

 

_DSC4800

Bref, revenons à nos oignons, on parlait des têtes d’affiche .. Qui j’oublie : notre valeureux Tac-Tic, qui n’a malheureusement pas pu lâcher les chevaux comme il le souhaitait vu la mollesse du vent au trois quarts du temps, mais qui était bien là passés 12 nds ! Et oui !

Tac Tic

N’ayant pas eu « l’oeil » pour flairer cette classe, je m’en tiens au résultat : Alizée 3, Glen 2, Syncrone Technologie qui gagne, à la grande joie de Père et fille Pailloux, qui, de plus, fêtait son anniversaire. Un joli cadeau dominical, qui s’était de toutes évidences consommé âprement la veille au soir.

10336843_560309064087818_8744365807133057950_n

« Parce que Toulon ».

  • Et côté IRC 3 … AH AH AH …

On passe en 5ème surmultipliée direct, on ne regarde pas dans les rétros, rien à péter, c’est du lourd, c’est du dossier, bref, c’est compliqué.

On a abordé (non, pas sabordé) le cas de Tchin-Tchin au début de ce billet (qui prend de la taille, là, hein ? C’est pas trop long ?) concernant le champio.. machin bidule IRC.

Tchin Tchin

Si on parle de Tchin-Tchin, notre devoir de citoyen est de causer enfin de Tahina, des Tahina Boys venus pour enfin arracher le titre de Champion en Equipages IRC. Et c’était en bonne voie. (d’eau).

Tahina

Victimes d’un BFD à la première course n’ayant pas lieu d’être pour certains, pour d’autres une évidence, nos amis du First 35 ne se laissent pas abattre. Après une deuxième manche merdeuse due aux conditions du plan d’eau « à tirer des bords au près sous spi, ndlr », c’est la loterie au classement. Et ça fait mal.

Ce soir là, un taux de Gama GT absolu a du sortir du Guinness des Record, vue la déception et, c’est bien normal, la rage de chaque équipier. Ils avaient raison, les autres avaient tort. Même vidéo à l’appui. Revenir sur une décision le lendemain matin n’a pas été possible, la sanction est sans appel : « vous sautez ». De mémoire d’éléphant, ça fait 22 points dans le nez. « Bon, bah nous on va y aller hein.. »

Héhé … Et ils y allèrent, au but ! Un sacré remonte-pente au classement, jour après jour, manche de 1, manche de 2, manche de 2, etc.

  • « Alors comme ça on fait dans l’injustimse ? »

Le problème, c’est que Tchin-Tchin avait fait son trou, et que pour récupérer la première place ou du moins accrocher le podium, il fallait plus que s’arracher. C’est ce qu’ils ont fait. A chaque instant. Les adversaires commencent à devenir fébriles. Ils regardent de plus en plus dans le rétro. Jusqu’à se faire avoir en temps compensé, et même en réel, et ça, ça sent bon le gros caramel.

  • Seul bémol au classement (bémol est beaucoup trop péjoratif) : un Farr 30, le meilleur bateau de tous les plans d’eau, skippé par Jean-Marie Vidal, « Easy ».

Easy, easy, pas si easy que ça pour les Tahineurs des Lilas. Temps parfait pour ce Farr qui, répétons-le, est le meilleur bateau de tous les temps (après « Jethou » et « félix » de la famille Prietz).

Les départs s’enchainent , surtout sous black d’ailleurs, et au terme d’un week-end ayant commencé comme la dernière guerre, pour le First 35, c’est à seulement 2 points que la 1ère place leur file sous le pif. Terminer 3ème à 2 points du vainqueur avec un BFD dans le derche et une manche pourrie dans la foulée .. CHAPEAU BAS, les garçons. Vraiment. Un prix nobel pourrait être décerné, « sérénité, calme et volupté ». Chapeau bas à tout l’équipage, peut-être même un peu plus à notre bon Pierre-Alain Tocci, « Pierrot » pour les initiés, « PAPA » pour les intimes, qui a réussi au niveau tactique une très belle performance, niveau 9 sur l’échelle de Richter.

  • C’est quand même dur à gober après un week-end comme ça de louper la victoire avec (entre grosses guillemets) « la place du con ». Remarque : c’est plus quand on finit 4 que l’expression prend tout son sens, mais on dira qu’elle est valable ici aussi.

Tout pourrait se régler aux 100 miles de Grimaud, mais n’étant pas sur place (en partance pour le Crouesty si vous voulez tout savoir), je ne saurais y ajouter ma plume pour le moment.

Il faudrait, pour le coup, que les adversaires – amis d’un soir de Jin Tonic Sequel puissent embêter notre gentil Jean-Claude le temps d’une course, même s’il fait la Giraglia et que Tahina pas, au moins un ultime taquinage pourrait être envisagé ? Moi, j’dis ça ..

Voici donc la vidéo de ce week-end sur l’ile de la tentation, nouveau format, plus « envoyé spécial » que « clip de la balle », qui j’espère vous conviendra.

Toutes mes amitiés, et comme dit Jean-Yves Lafesse, je cite, « pourvu qu’ça dure ».

lafesse

Des bises

M.

« Whoa-oa-oa! I Feel Good »

Titre inspiré d’une fameuse chanson de James Brown, 1964.

Depuis un bon mois maintenant, ma pomme se demande si ça s’arrêtera un jour.. OU PAS! (surtout le OU PAS).

Kessessé ?! Faut vous faire un dessin ?! Hein ?!

_DSC3821

  • Commençons par le commencement, déjà. Bon.

Depuis le clipounet de « My Garcette » (mais si, vous savez bien, les ch’tis bracelets de toutes les couleurs faits par notre gentille Domi), et bin, hein! Y’en a eu des trajets, des vidéos, des ‘tas d’trucs. Reprenons de manière chronologique les faits.

Le dernier billet causait du futur départ pour Singapour, via Tama Production (soit Eric Georgeault et l’adorable Hélène Walter) . Jetez-donc une paire d’yeux sur le site, en regardant le palmarès du Mossieur (http://www.tamaproduction.fr).

Quand on est contactée par la suite pour aller filmer les workers à l’autre bout du monde, impossible de refuser! Pas possip’!

  • Mais avant de partir, l’évènement planétaire de Méditerranée : LA SNIM(se).

4 jours de courses, au top, tous les copains du plan d’eau présents (ou presque), une jolie bagarre pour le Championnat Equipages Méditerranée IRC-UNCL 2014 (c’est pas un peu long comme nom? Moi j’dis ça..) et un bateau à voile de taille, c’est rien d’le dire : le VOR 70 « SFS », avec à son bord le notable Lionel Péan, dont le palmarès n’est plus à détailler.

Après avoir fait la Grande Course avec l’excellent équipage de Team Vision Future (pelle à feu noire et orange avec des armoires à glace en guise d’équipiers), petit bilan du JOUR/NUIT 1.

10258840_1442786495961438_2386189693536209764_o

A noter : petit caramel mis à GenApi, pelle à feu numéro 2. Mais chut, disez rien les copains, c’est secret.

  • Réalisation des films journaliers de La SNIM dans l’avion pour Singapour (si si, c’est possible) et arrivée à l’autre bout du monde.

10274226_1444019339171487_1921303306195299132_n

Peu perdue au début. Faut filmer quoi? qui? quand? où?

Arrivée à l’Hôtel du bourg, après-midi OFF pour cause de mini jet-lag, et le lendemain : préparatif de la « LIFE DAY 365 », soit la Journée Internationale de la Sécurité et de la Prévention aux risques sur les yards de la société SBM OFFSHORE.

Certes, encore un nom à rallonge (on n’est plus à ça près), une journée bien remplie à tourner dans les 4 yards, visiter les plateformes, voir travailler les workers et tenter aussi de causer un peu avec eux, en glaoush oriental.

Fait 40°, ça transpire, ça étouffe, ça pègue, ça p** …

Chapeau bas à tous ces employés qui méritent toute la reconnaissance du monde à faire ce qu’ils font chaque jour. Surhumain. Point.

10269134_1445196085720479_2553877876945314658_o

  • De retour en France du Sud, réalisation immédiate du Film final de La SNIM, aidée par mon gentil associé journaliste Julien Büttner, qui a eu le luxe de s’occuper du dérush. Palme d’or de la sérénité pour (environ) 150 gigas? Plus? BREF.

Le voici donc, encore une fois pour toi, public du Sud et d’ailleurs, conquis par les clips à musique.

  • La semaine suivante : montage sur 10 jours du reportage « LIFE DAY 365 ».

Outre Singapour, d’autres pays / villes ont eu cette même journée. Houston, Chine, Hollande, Kuala Lumpur, Brésil, Guinée Equatoriale, Monaco .. et j’en passe. Du coup, 10 jours pour tout trier, pour monter, et pour finir un peu épuisée. Travail effectué de Spéracedes, petit village près de Grasse, non loin de Cannes. Y’avait un ti Festival à ce moment là, un truc avec des feux d’artifices et tout .. Une boum géante quoi.

10309659_1449666878606733_6079967420784671092_n

  • Retour très court (1 journée) à l’écurie, une lessive, sac de fait, et hop : direction Hyères pour les Hyères Séries! Bah voui

Là, du coup, c’était la régate des copains. Un bon vendredi soir comme il se doit avec nos excellents compères de Tahina (www.tahina.net, au passage..), de grandes amitiés avec nos amis de Glen Ellen (http://fra35559.blogspot.fr), d’Alizée (XP 44 de Richie Sautieux et Laurent Camprubi), de Tchin-Tchin 

10382569_1455879351318819_7584771691045637799_o

Mention spéciale, quand même : tombée dans le barbec’, passée au grill, ce que vous voulez, c’est rouge comme une cardinale bâbord que je repars à Spéracèdes pour encore deux jours de boulot. Enfin.. 3! Concernant le film des Hyères Séries, il arrivera d’ici quelques semaines: je sais, oui, c’est loin, mais qui se laisse attendre … euh … à point … bon, un truc comme ça.

  • Le même jour, Jean-Claude Bertrand m’offre le siège arrière de sa Mercedes Classe A pour nous rendre à la navette : direction la SEMAINE INTERGALACTIQUE DE PORQUEROLLES, achevée depuis Hyères. Pardon, hier.

Encore une réussite, c’te Semaine. D’ailleurs, je vous donne l’entière autorisation, n’est-ce pas, d’aller jeter une paire d’yeux au site dédié à la course : http://www.semainedeporquerolles.com, avec les photos, les vidéos, les communiqués de presse, bref la totale.

  • Alors, hein?! Bon. Pas du Spielberg, d’accord, musique du Jour 1 à chier, d’accord. Quand même sorti chaque soir en temps réel! 

Actuellement en préparation du film pour l’UNCL qui sortira dans les prochains jours, c’est au Crouesty que je me rends le week-end prochain, pour le fameux Grand Prix, avec en tête d’affiche l’honorable Samuel Prietz et sa monture de compet’ « félix », l’A 40RC plus que véloce (voir les résultats du Spi Ouest France, la régate de référence en Occident), très certainement « Codiam » et le raffiné Jean-Claude Nicoleau, aiguillé par Nicolas Lauday, le sensationnel et l’unique Sbire, alias Bernard Lauvray, et j’en passe. Un excellent week-end en perspective.

Par la suite, restons chez les pingouins, direction la Normandy Sailing Week (il doit geler encore à cette période, prévoir bonnet / cagoule et tricots divers), puis retour dans le Soude à Saint Tropèze pour la Giraglia.

Et après, simplement après, on pourra souffler un coup, pour pouvoir fêter dignement mes 27 balais.

Becs, évidemment !

Mado