Trou du Corse à la Voile 2014 : A nous l’ivres-se, de la vites-se ..

Reprenons dans l’ordre les faits, sachant que tout s’est « un peu » enchaîné depuis quelques temps, dis donc!

  • Fraîchement arrivée de Malte après le convoyage de la Teasing Machine (avec la tête des grands jours, ndlr) les bagages sont déposés à l’Hôtel Amadonetta de Bonifacio. (et oui, Mado is still here!).

Citation du moment, de l’aéroport pour le Taxi :  « Bonjour Monsieur, est-il possible d’aller à Bonifacio ? » Réponse : « c’est votre droit ». BON. Au moins, les choses sont claires.

10703738_1535992979974122_587667076546587206_n

 La tête des Grands jours,  by Ryan Air, Malte / Marseille.

  • 10 heures de sommeil, un bain bouillant et un resto-solo plus tard, les copains commencent à arriver au port. Le premier, l’incomparable GenApi, avec l’increvable Mike Cohen et le gentil Gwen Gbick.

Un convoyage express de Hyères effectué, le temps d’amarrer le canot’, sortir les poubelles, cleaner et laver le pont, et hop, petite bière de l’amitié. A noter, une grande première : bibi sait dorénavant effectuer un noeud de chaise avec la main gauche. Mazeltov!

  • A suivre Glen Ellen V, nommé « Kissing Pigs » pour l’occasion.

Normal, LE resto à ne pas manquer sur le port de Bonif’, ou quelques faits d’armes se sont d’ailleurs déroulés durant la compétition. (plutôt après, en fait).

A l’unanimité, la patrie décide d’aller dîner au fameux Kissing Pigs, et c’est là que la mini-machine arrive, je parle bien sûr de notre magnifique Tahina, le First 35 Full Power de notre PA-PA national (Pierre-Alain Tocci). Aux commandes, l’agréable Camille Lefèvre et son amie « Lessssss-lie » (© TomTom – private joke.)

Programme : demain, y’a vote, donc y’a préparation. Mais les compatriotes ne sont pas tous arrivés. Alors, on fait ce qu’on peut, mais ça devient quand même rapidement « le bordel d’avant régate ».

  • Journée à bloc Jean Floc’h, quelques rushs à droite à gauche (notamment l’inscription, le déroulé des opérations de maintenance et des préparatifs pour les copains) et c’est parti pour le vote, au Café de La Poste.

Petit concert, sangria maison, le Tour se fera par l’Ouest. Météo : 20/25 nds au portant, mission numéro 1 : ne pas faire OCS, hein, mission numéro 2 : ne pas péter le spi lourd. Sans ça, c’est la cata assurée. Et nous, chez les Tahineurs, on n’aime pas ça.

  • Petit resto amical derrière, et le D-Day arrive.

Debout 7 heures, y’a du taf. Tous les bateaux, à côté, sont quasi prêts. Nous, c’est encore le bronx, mais un bronx organisé. On sait quoi faire, on le fait bien, mais y’a toujours encore quelque chose à faire. Bref, petit café 1H30 avant le départ, briefing sérieux. Ça rigole un peu, mais pas trop. L’heure est un peu grave. On part sur un Trou du Corse, m**** alors! Les rigolades, c’est pour plus tard.

Côté pontons, j’opte pour des ITW féminines, hein, parce qu’on les voit pas assez, les nanas. C’est pas vrai?

Ça bouge pas mal sur les pontons, ça astique, ça range des voiles, ça cause, ça rigole, c’est plutôt détendu. Tour des copains effectué, c’est parti pour l’embarquement, allez hop, on y va. On sait pas où on va, mais on y va!

10659365_1537316373175116_8948903875571800214_n  Eric, Camille, Pierre-Alain, Charlie, TomTom, Madoche, Aude & TomR – L’Agence Tous Risques.

  • Ici, c’est pas la peine de refaire la régate (enfin si, un peu), y’a eu assez de stylo, d’encre et de « Times New Roman » d’écrit.

Le départ se fait côté falaises, un peu loin des autres copains, puis on se taille, à – à – à la queue leu leu au près, puis reaching, puis hop Spi up. Pendant ce temps là, le VOR 70 SFS se barre, bah voui, la fusée est lancée comme un spermatozoïde dans l’ovule.

Les collègues et moi même faisons la route accompagnés au vent par notre belle et charmante Christine Briand, sur son char d’assaut de Grand Soleil 37, le plus petit rating des IRC 3.  Tirons-nous la bourre, c’est rigolo, et y’a pas de risque pour l’instant, que du jeu.

10658670_1539501429623277_1185343639696825466_o

  • La nuit arrive, et là, les choses se « tendent » un peu plus.

Le vent monte, c’est constant, spi lourd en place. Notre bon Eric, le barreur de tous les temps, commence à se tétaniser à la barre, ça devient costaud! Les copains zonent aux alentours, tous ou presque sous spi, y’a du monde dans le bourg. Et patatras, un départ au lof, un ! « DRIIIIIISSE !! » Ok, j’exécute, une paire de gants sombre dans les fumées de la ficelle au claquage de drisse justement (rien à péter, c’était pas les miens, haha!), et en voiture Simone, on recommence. Idem, rebelotte, une troisième fois même, et la décision d’affaler arrive. 37 kts sur l’écran, on a beau être sympas, on n’est pas là non plus pour se faire peur ni mal ni autre chose. 16 kts en pointe, y’a eu pire, y’a eu mieux.

  • La suite, on la connait : on passe la Gira comme il faut, puis le vent baisse, et on arrive à de la molle. D’où, évidemment, « ta voile est molle » (clip déjà paru dans un ancien billet).

Un délire de Céline Dion m’arrive en pleine tronche, imitation sur « Pour que tu m’aimes encore », bien évidemment, mais surtout, vu notre état physique, statique et emphatique, nous optons clairement pour un « Sous le vent ».

Les esprits se reposent ou fonctionnent, ça dépend du moment. Ça prépare la bouffe pour le soir, ça papote, ça prend le petit apéro, mais sans alcool, hein, parce que la fête est carrément plus folle (hum…).

Et puis, y’a le coucher de soleil, qui va tourner la page d’une moitié de Tour, pas la plus facile, mais celle qui nous permettra d’hurler un « YOUHOOOOU » au final.

1911676_1537857429787677_1989475875957604974_n

  • De nuit, on s’active. Pierrot et ma pomme rivés sur l’ordi, ça fume, ça réfléchit, on décide de se casser à l’Est. Les copains ne sont pas loin mais à la côte. Allez, barrons-nous, barrons-nous, tu vas rentrer le vent, oui ou M****!!!

Tchin-Tchin, Christine et les autres reviennent comme des boulets de canon. On n’y croit plus. Bordel. Et puis, un nuage.. Tiens, si on allait voir au dessous ?

  • Et voilà. On y arrive. Petit matin, les Lavezzi. Une belle lay-line, et hop, arrivés! Put*** de Vietnam.

Route pêche, emballé c’est pesé, nous v’là les vainqueurs en IRC 3, ça, c’est fait, mais surtout 3ème overall. Et ça, ça mérite bien 15 heures de fiesta. 10h40 au petit-dej, couchée à 5h45, levée à 9h00. Ça vaudra bien quelques Madonnades durant le convoyage.

Et de retour à Marseille, de grosses heures de sommeil plus tard, c’est le temps de préparer le Trophée Sémac (si possible), d’aller faire un Tour en Bretonnie occidentale, de récupérer un peu et de penser au futur : ça veut dire quoi, être salariée ?

photoLa réponse se fera le 3 Novembre, mais « J’te l’dis quand même » (© Patrick Bruel) : et oui, me voilà salariée de l’Union Nationale pour la Course au Large, Assistante en Gestion de Projets Evénementiels. Autant vous dire que maintenant, Public, ça va chi** des bulles carrées!

OUPS ! LA VIDEO du Tour de Corse, c’est ici, bien sûr!

Maintenant, place au Championnat de France Promotion Equipages IRC-UNCL (la « Finale » quoi), et ça, c’est ce week-end à Marseille-city, pour le meilleur, et certainement pas pour le pire.

BISOUS CARESSE, TENDRESSE ET CHOCOLAT!

DoMa.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s